Publié sous l'égide de The British Psychoanalytical Society

INFOS

Comité de rédaction

Rédactrice responsable
Céline Gür Gressot (Suisse)

Secrétaire
Jean-Michel Quinodoz (Suisse)

Membres
Louis Brunet (Canada) Danielle Goldstein (France) François Gross(Suisse) Florence Guignard (France) Maria Hovagemyan(Suisse) Luc Magnenat(Suisse)
André Renaud
(Canada) Anne Rosenberg(France) Michel Sanchez-Cardenas(France)
Patricia Waltz
(Suisse)

Prochain numéro

Mai 2018
aux Edition In Press

Juan Pablo Jimenez

Une phénoménologie psychanalytique de la perversion

Résumé: après avoir affirmé que les tâches actuelles de la recherche psychanalytique devraient fondamentalement comporter l'exploration des processus mentaux de l'analyste en séance avec le patient, l'auteur décrit la relation analytique comme une relation de nature intersubjective. Vue de l'extérieur, la relation analytique apparaît comme ayant deux pöles : un pöle symétrique structural, où analyste et patient partagent un monde singulier et une approche singulière de la réalité, et un pöle asymétrique fonctionnel, qui définit l'assignation à leurs röles respectifs. Dans l'analyse d'un patient pervers, les polarités symétriques - asymétrique acquièrent certaines caractéristiques très particulières. Vue à partir de la perspective de la subjectivité de l'analyste, la perversion apparaît dans l'esprit de l'analyste comme une transgression clandestine et inattendue de l'accord de base qui facilite et structure les rencontres intersubjectives. Ceci peut aller suffisamment loin pour altérer les règles aristotéliciennes de la logique. Lorsqu'il entre en contact avec la réalité psychique d'un patient pervers, l'esprit de l'analyste assiste à la mise en forme de tout un monde. Ce monde est trompeusement coloré par une érotisation qui töt ou tard va acquérir des caractéristiques de violence. Comme une fausse réalité, le noyau pervers reste suspendu dans l'ambiance comme une expérience inaccessible à l'empathie de l'analyste. Le seul moyen pour l'analyste d'y accéder est de procéder à partir de la « périphérie » de la réalité psychique du patient, en essayant de façon indirecte de le conduire en arrière, à ses racines intersubjectives. Le propos de l'auteur est d'expliciter ce phénomène intersubjectif dans les termes de la théorie métapsychologique et des théories basées sur la recherche empirique. Finalement, l'auteur avance quelques idées sur la psychogenèse de la perversion.

Juan Pablo Jimenez est membre formateur de la Société Chilienne de Psychanalyse et il pratique à Santiago. Il représente l'Amérique latine au Comité exécutif de l'IPA et il est membre du Comité pour la recherche de l'IPA. Juan Pablo Jimenez a été président du comité d'organisation du Congrès international de Santiago, en 1999, et il sera co-président du Comité du programme du Congrès international de Berlin en 2007.
Parmi ses nombreuses publications, relevons:
- Die Wiederholung des Traumas in der Übertragung.
- Katharsis oder Durcharbeiten? (Forum der Psychoanalyse, 1988),
- Some Reflections on the Practice of Psychoanalysis in Chile Today (Int.Rev.Psycho-Anal., 1989),
- Some technical consequences of Matte Blanco's theory of dreaming (Int. Rev. Psycho-Anal., 1990),
- Psychoanalyse unter der chilenischen Militärdiktatur (Psyche, 1991),
- Der Beitrag des Analytikers zu den Prozessen der projektiven Identifizierung (Forum der Psychoanalyse., 1992),
- A fundamental dilemma of psycho-analytic technique (Int.J.Psycho-Anal., 1993),
- Between the confusion of tongues and the gift of tongues (Int J Psychoanal, 2004),
- The search for integration or how to work as a pluralist psychoanalyst (Psychoanalytic Inquiry, 2004).

 


Haut de page
© Copyright textes et logo : The International Journal of Psychoanalysis
Webmaster : Luc Magnenat // Réalisé par Abonobo // Mise à jours et relook:Michael BABEL août 2017