Publié sous l'égide de The British Psychoanalytical Society

INFOS

Comité de rédaction

Rédactrice responsable
Céline Gür Gressot (Suisse)

Secrétaire
Jean-Michel Quinodoz (Suisse)

Membres
Louis Brunet (Canada) Danielle Goldstein (France) François Gross(Suisse) Florence Guignard (France) Maria Hovagemyan(Suisse) Luc Magnenat(Suisse)
André Renaud
(Canada) Anne Rosenberg(France) Michel Sanchez-Cardenas(France)
Patricia Waltz
(Suisse)

Prochain numéro

Mai 2018
aux Edition In Press

Franco De Masi

Psycho-dynamique de l'attaque de panique:
Une intégration utile entre psychanalyse et neurosciences

Résumé: l'auteur tente de différencier l'imagination intuitive de l'imagination délirante. Il émet l'hypothèse que la psychose altère l'organisation de la pensée intuitive qui, de ce fait, ne peut pas se développer de façon dynamique et sélective. Des savants de disciplines aussi éloignées que possible de la psychanalyse, tels que Einstein, Hadamard ou Poincaré, pensent que la pensée intuitive ouvre inconsciemment en permettant la rencontre créative des idées. Grâce à l'ouvre de Bion, les psychanalystes ont commencé à comprendre que la pensée à l'état de veille est inconsciemment entremêlée au travail du rêve.
La construction délirante est similaire à la production sensorielle du rêve mais, contrairement au rêve réel, elle se maintient dans la mémoire de veille et crée des personnages qui vivent de façon indépendantes dans la vie éveillée du rêveur. C'est un rêve qui ne prend jamais fin. En revanche, le vrai rêve disparaît lorsqu'il a rempli son röle de communication. Lors de l'analyse de patients psychotiques, il est fondamental d'analyser l'imagination délirante qui domine la personnalité et transforme l'état mental de façon continue, déformant la vérité émotionnelle. L'imagination délirante a des racines si profondes dans le fonctionnement mental du patient que, même après une analyse systématique, le monde délirant, qui avait semblé disparaître, re-émerge sous de nouvelles configurations.
Le noyau psychotique reste encapsulé ; il provoque de l'instabilité et peut induire de nouveaux états psychotiques chez le patient.
L'auteur rapporte des fragments de l'analyse d'un patient qui, après un épisode délirant traité par des médicaments, a présenté un fonctionnement psychotique prévalent. Il propose quelques réflexions sur la nature de l'état psychotique et sur l'approche thérapeutique utilisée pour transformer la structure délirante. L'article insiste en particulier sur la difficulté de perlaborer l'épisode psychotique et de « déconstruire » l'expérience délirante, du fait de la terreur qu'elle entraîne. Dans le cas rapporté ici, le travail analytique a transformé la construction délirant en une forme plus bénigne de celle-ci, caractérisée par des traits phobiques. L'analyse du transfert psychotique a permis de se focaliser sur l'activité inconscient qui influençait de façon continue tant la figure transférentielle de l'analyste que la réalité psychique du patient.

Franco De Masi est analyste formateur et superviseur à la Société Italienne de Psychanalyse. Il a été président du Centre de Psychanalyse de Milan, où il vit et a une pratique privée. Après avoir travaillé durant vingt ans en milieu hospitalier psychiatrique, il garde un intérêt particulier pour les problèmes techniques et théoriques posés par les patients psychotiques.
Il est l'auteur des livres suivants :
- The Sadomasochistic Perversion,
- The Object and the Theories,
- Making Death Thinkable, et
- Karl Abraham: at the roots of psychoanalytical theory.

 


Haut de page
© Copyright textes et logo : The International Journal of Psychoanalysis
Webmaster : Luc Magnenat // Réalisé par Abonobo // Mise à jours et relook:Michael BABEL août 2017