Publié sous l'égide de The British Psychoanalytical Society

INFOS

Comité de rédaction

Rédactrice responsable
Céline Gür Gressot (Suisse)

Secrétaire
Jean-Michel Quinodoz (Suisse)

Membres
Louis Brunet (Canada)
Jenny Chan
(France)
Brigitte Reed-Duvaille (France)
Danielle Goldstein (France)
Florence Guignard (France)
Maria Hovagemyan (Suisse)
Luc Magnenat (Suisse)
Marie-Pascale Paccolat
(Suisse)
Michel Sanchez-Cardenas (France)
Patricia Waltz (Suisse)

Prochain numéro

Mai 2019
aux Edition In Press

Björn Salomonsson

L'impact des mots sur les enfants souffrant d'un trouble caractérisé par un déficit de l'attention et de l'hyperactivité (ADHD ).
Conséquences pour la technique psychanalytique.

Résumé: les enfants souffrant d'une hyperactivité associée à un déficit de l'attention (ADHD) et ceux qui présentent des troubles de l'attention, du contröle de la motricité et de la perception (DAMP) sont souvent très sensibles aux interventions de l'analyste. Cela n'est pas toujours dû au contenu littéral de l'intervention. Parfois, les enfants réagissent comme si les mots étaient des objets concrets dangereux contre lesquels ils doivent se protéger physiquement. L'auteur rapporte ce phénomène à l'instabilité de la situation interne de tels enfants. Toute intervention réveille souvent un objet interne mauvais, non contenant, qui menace d'expulser les mots de l'analyste, indépendamment de leur contenu. Il en découle des situations cliniques violentes. Les recherches sur l'infans et le travail analytique avec les infans et leurs mères mettent en évidence le processus sémiotique complexe qui se développe entre la mère et son bébé. La condition requise pour la mise en route et le maintien d'un tel processus réside dans un objet externe sécurisant, qui peut être progressivement intériorisé. On utilise ici les découvertes provenant de la recherche sur le développement, et le travail clinique avec l'infans afin d'éclairer le travail analytique avec des enfants souffrant de ADHD et de DAMP. Des vignettes cliniques montrent combien il est important que l'analyste choisisse les mots de ses interprétations après avoir jaugé tant l'état de l'objet interne de l'analysant que celui de son propre contre-transfert. Si cette évaluation est négligée, le dialogue analytique peut facilement sombrer.
L'auteur propose quelques recommandations techniques concernant l'analyse de tels enfants. Il soulève, en tant que faisant partie de la discussion théorique, la question générale de la classification des représentations que le bébé constitue en interaction avec la mère, et que l'analysant constitue en interaction avec l'analyste. Plutöt que de les classer selon la bipartition freudienne de 'représentations de choses - représentations de mots', l'auteur propose la classification sémiotique en trois catégories de C. S. Peirce, selon laquelle le bébé formerait des représentations d'icönes, d'indices et de symboles.

Björn Salomonsson est membre formateur à la Société Suédoise de Psychanalyse. Il est psychanalyste d'enfants et d'adolescents et exerce en pratique privée à Stockholm. Il est doctorant du département de psychiatrie pour enfants et adolescents de l'Institut Karolinska de Stockholm. Il y étudie le vécu des mères d'enfants en difficultés et compare l'efficacité des traitements psychanalytiques et psychiatriques. Björn Salomonsson a publié de nombreux articles sur la musique, les affects et la capacité de contenance. Il s'est également intéressé au traitement psychanalytique d'enfants atteints de maladies neuropsychiatriques.
Il a présidé de 2001 à 2006 le Forum de psychanalyse de l'enfant de la Fédération Européenne de Psychanalyse.

 


Haut de page
© Copyright textes et logo : The International Journal of Psychoanalysis
Webmaster : Luc Magnenat // Réalisé par Abonobo // Mise jours et relook:Michael BABEL juin 2018