Publié sous l'égide de The British Psychoanalytical Society

INFOS

Comité de rédaction

Rédactrice responsable
Céline Gür Gressot (Suisse)

Secrétaire
Jean-Michel Quinodoz (Suisse)

Membres
Louis Brunet (Canada) Danielle Goldstein (France) François Gross(Suisse) Florence Guignard (France) Maria Hovagemyan(Suisse) Luc Magnenat(Suisse)
André Renaud
(Canada) Anne Rosenberg(France) Michel Sanchez-Cardenas(France)
Patricia Waltz
(Suisse)

Prochain numéro

Mai 2018
aux Edition In Press

Giovanna Regazzoni Goretti

L'identification projective : Une investigation théorique du concept à partir de «Notes sur quelques mécanismes schizoïdes».

Résumé: l'auteur soumet quelques passages issus de quatre articles – Notes sur quelques mécanismes schizoïdes (Klein, 1946), A propos de l'identification (Klein, 1955), Analyse d'un état schizophrénique accompagné de dépersonnalisation (Rosenfeld, 1947) et Remarques sur les relations de l'homosexualité masculine avec la paranoïa, l'angoisse paranoïde et le narcissisme (Rosenfeld, 1949) – à une lecture critique permettant de retracer les prémisses théoriques dont découlent les diverses conceptions actuelles sur l'identification projective. Ces conceptions concernent à la fois le rôle assigné à l'identification dans le processus et l'expression "s'identifier à" qui, dans l'article A propos de l'identification va de "se sentir semblable à, ou identique à l'autre" à "prendre l'autre comme modèle". Ceci rend légitime l'inclusion de phénomènes très différents dans le concept de l'identification projective. L'auteur décrit quelques uns des usages du terme "identification projective" et fait l'hypothèse que le processus constitue une façon de gérer l'altérité et la séparation d'avec l'objet (qu'il s'agisse d'un objet interne ou externe, réel ou imaginaire) qui peut compromettre à des degrés divers sa réalité. Dans la mesure où le concept recouvre une grande variété de phénomènes, l'auteur pose la question de savoir s'il est utile de retenir le terme d'"identification projective" et propose une réponse dans la dernière partie de l'article.

Giovanna Regazzoni Goretti, neuropsychiatre, psychanalyste, est membre de l'Association Psychanalytique Internationale et analyste formateur et superviseur au sein de la Société Italienne de Psychanalyse. Elle a été conseillère puis présidente du Centre de Psychanalyse de Rome, où elle vit et a une pratique privée. Elle est membre du comité d'éthique de la Société Italienne de Psychanalyse. Elle a publié de nombreux articles, notamment dans The International Journal of Psychoanalysis, dans la Rivista di Psicoanalisi, et dans des ouvrages collectifs. Un de ses travaux est publié dans The Italian Psychoanalytical Annual (2007), qui est une publication récente de la Rivista Italiana di Psicoanalisi. Elle est fréquemment l'invitée des instituts de psychanalyse de la Société Psychanalytique Italienne pour y présenter ses travaux et pour des supervisions collectives.
Sur le thème de l'article publié dans ce numéro, elle a écrit notamment Strategie discorsive e identificazione proiettiva. Note sull'Otello di Shakespeare, présenté au Colloque: W.R. Bion: Past and Future (Torino 1997) et publié dans Lavorare con Bion, sous la direction de P. Bion, F. Borgogno, S. Merciai.(Editions Borla, Roma, 1999).


Haut de page
© Copyright textes et logo : The International Journal of Psychoanalysis
Webmaster : Luc Magnenat // Réalisé par Abonobo // Mise à jours et relook:Michael BABEL août 2017